ACTUALITESTIRS AU BUT

INTERVIEW EXCLUSIVE : Kodjovi OBILALE, « Mon idole c’est Agassa Kossi »

Reçu comme invité dans le Talk-Show sur la plateforme FOOTBALL AFRICAIN, l’ex portier international togolais, Kodjovi OBILALE s’est exprimé sur son parcours.

Racontez-nous un tout petit peu votre histoire avec le football.

OBILALÉ : J’ai débuté le football à l’âge de 5 ans. Je n’étais pas gardien de but. J’ai joué au football en tant que joueur de champ jusqu’à l’âge de 14 ans. Un jour mon coach m’a dit vous êtes technique, vous avez un bon gabarit mais vous jouez pour le public. Vous humiliez vos adversaires que ce n’est pas du football ça mais du football champagne. À partir de ce soir tu vas rentrer dans les buts vu que tu es grand de taille (1,90m) tu vas essayer. Et c’est comme ça je suis devenu gardien de but.

Quel regard portez-vous actuellement sur le football togolais depuis votre passage dans le championnat togolais?

OBILALÉ : Franchement aucun regard, parce que moi quand je regardais le football avant à l’époque d’Agaza, Étoile filante, Sémassi où le terrain était bombé en bloc où tu demandais au grand frère de t’accompagner au terrain, ce n’est plus pareil. Je ne sais pas pourquoi mais ce n’est plus pareil. Je ne peux pas vous dire aujourd’hui pourquoi ce n’est plus pareil parce que aujourd’hui il n’y a plus d’envie, il n’y a plus d’ambition…(rire) il y a un coach qui m’a dit que maintenant les joueurs mettent des gros pantalons, ils veulent ressembler à Cristiano Ronaldo. Déjà qu’ils commencent par ressembler aux anciens joueurs qui ont joués au Togo et après on verra.

Pouvez-vous nous raconter (même si c’est un moment douloureux) en quelque mots ce drame de Cabinda ?

OBILALÉ : On était parti au Congo-Brazza, on a pris le bus, l’ambiance était bonne, on était bien parti. À la frontière on est monté dans le bus, moi j’ai appelé mon ex à l’époque on a causé et a peine raccroché, on nous a tiré dessus. Ça s’est passé exactement comme ça. Après on a écouté d’autres versions du drame mais bon après chaque événement il y a toujours des  » on dit « .

En tant que gardien de but dites-nous qui était votre idole?

OBILALÉ : Je ne vais pas loin, mon idole c’est Agassa Kossi. Quand j’ai commencé et on s’est rencontré en sélection il était au courant. Il sait en plus que je suis fan de lui. L’un des meilleurs gardiens, même le numéro 1 africain je dirai même mais on connaît la suite blessures et autres.

Parlez-nous de votre reconversion. Qu’est ce qui vous a véritablement poussez à retourner vers la terre ?

OBILALÉ : (Rire) La galère. Comme tout le monde, on cherche l’issue de secours. C’est parce que j’aime la terre et je voulais finir ce que j’ai commencé. Quand on parle de la terre et on parle de pelouse c’est la même chose. C’est juste un jeu de mots. Ce qui m’a réellement poussé, c’est l’envie de créer, d’aider et d’apporter ma pierre à l’édifice aussi même si soit disant ça va me rapporter de l’argent, si je peux créer un petit peu de boulot dans le secteur agricole et faire diminuer un petit peu le chômage aussi ça va aider.

 

Jean-Paul LANLENOU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page