Autres sports

Togo/Athlétisme : Comme une bouffée d’air frais pour tout le corps des athlètes

Les championnats nationaux d’Athlétisme ont livré leur verdict ce week-end au stade de Kégué avec une jolie brochette d’athlètes des 7 ligues du Togo. Bien avant ces finales, le bureau exécutif de la Fédération Togolaise de la discipline (FTA) a fait d’une pierre deux coups avec formation et compétitions.

C’est un grand soulagement de voir les athlètes togolais, toutes catégories confondues, de reprendre les activités, depuis deux ans d’interdiction pour faute de coronavirus. À l’annonce de la reprise pour tous les sports, sur ordonnance du ministère des sports et des loisirs en accord avec le comité de riposte au coronavirus, 15 finales ont été disputées ce week-end. La Fédération Togolaise d’Athlétisme (FTA) s’est empressé de saisir cette belle opportunité pour relancer ses activités. Après la formation des encadreurs niveau 1, le 28 octobre, c’était au tour des championnats nationaux de la discipline de démarrer dans un véritable champ de bataille et des sprints à couper le souffle. Preuve que les athlètes en avaient besoin et voulaient en découdre avec leurs concurrents directs.

« C’était difficile au début cette course parce qu’on a fait deux saisons sans compétitions mais je devais donner le meilleur. Je me suis amélioré, même si je n’ai pas été à l’entraînement depuis les 2 ans. Chaque jour, j’étais ici et il fallait que cela paye parce que je ne me voyais pas perdre », a avoué Nayo Kossi Médard, d’Agaza, après sa victoire en 100 m Homme, avant de dévoiler son plus grand désir.

« Pour la suite, je vise les JO de 2024 donc je ne dois pas arrêter de m’entraîner ».

En Dame, Akouvi Judith Koumedjina n’avait pas besoin de se faire violence pour écraser la concurrence sur le 100 m, malgré cette longue période d’inactivités.

« Je suis au repos depuis un moment et je n’ai pas encore commencé la saison. Je suis venue aider dans cette compétition, afin de permettre à mes camarades d’améliorer leurs temps et moi-même voir si je suis en forme. Avec le coronavirus qui a tout chamboulé, cela fait du bien de courir avec du monde à côté », a affirmé la championne qui prépare les jeux de la Francophonie.

Preuve que la presque quatre vingtaine d’athlètes des sept ligues régionales avaient de l’eau à la bouche et voulaient développer leur passion. Sur une quinzaine d’épreuves, le club Agaza rafle la mise. Le 5000 m Homme a vu la victoire de Kombaté Moïpah tandis qu’Oloh Davito du Centre de Développement de l’athlétisme Africain de Lomé, est la patronne du saut en longueur Dame. Lawson Nadou du club Agaza conserve son titre et monte sur la plus haute marche du podium au lancer de poids Dame, de même qu’Adirikah Zalfandine de la région des Savanes au niveau masculin. Nabine Tabiou est le champion sur le 400 m Homme et Agbetsiafan Ayawa Sara arrache la médaille d’or sur la même distance féminine.

L’autre champion du 800 m est Yaogbati Étienne pendant que les jeunes athlètes, particularité de cette compétition, ont séduit au saut en hauteur Dames, avec Bianou Magnoudéwa et Adadé Victoria au lancer de javelot.

 

Koffivi Kami AGBETOU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page