ACTUALITES

TOGO/Éperviers : Les Raisons des Rendez-vous manqués entre la presse togolaise et Claude Le Roy

Depuis l’arrivée du technicien français Claude Marie François Le Roy à la tête de la sélection nationale togolaise en avril 2016, la presse sportive togolaise n’apprécie pas le travail fourni par le sorcier blanc (surnom du technicien français). D’une coupe d’Afrique des Nations ratée à des convocations de joueurs jugés fantaisistes pour la sélection fanion en passant par la succession de mauvais résultats, l’ailier droit reconverti défenseur dans les années 1967 n’a jamais convaincu le public sportif togolais. Le véritable manque de résultats et ses rares présences dans le pays constituent des sujets d’inquiétudes de la presse sportive togolaise qui n’a le choix que de se plier aux réalités contractuelles du technicien français de  72 ans.

 

Une des plus grandes inquiétudes de cette presse se rapporte à l’inexistence de conférences de presse du sélectionneur national dans le but d’expliquer ses convocations de joueurs. Mais à cette inquiétude, la réponse a été claire de la part du Team Media Officier de la Fédération Togolaise de Football, Augustin Améga quand il a été questionné sur le sujet sur une plateforme des journalistes et d’acteurs sportifs.

 

« Vous vous rappelez que quand le sélectionneur Claude Le Roy était venu, systématiquement au départ il organisait les conférences de presse pour expliquer les convocations des joueurs mais après en tant que Team Media Officier, j’ai décidé de ne plus continuer cet exercice parce que ce que j’ai remarqué ceci : Que ce soit en conférence de presse d’après match ou lors des conférences de presse pour expliquer les choix, j’ai l’impression qu’on assistait plus à une partie de pugilat où les gens viennent avec un état d’âme qui n’a rien à avoir avec la déontologie de notre profession et cela crée une tension inutile dans l’environnement de l’équipe nationale à l’approche d’échéances importantes. A partir de ce moment, je me suis dit que ce n’était plus opportun, pour le moment, de convoquer des séances. Parfois même, j’ai été alerté du fait que les journalistes se concertaient pour boycotter les conférences de presse. Je pense que c’est autant de choses qui nous conduisent à réfléchir sur l’utilité et l’opportunité de ce genre d’exercice », avait expliqué Augustin Amega à www.lesportif228.com.

 

Néanmoins, Augustin Amega rassure en ce qui concerne le retour aux vieilles habitudes et surtout à la bonne formule.

 

« En tant que Team Média Officer, il est de ma responsabilité d’organiser les conférences de presse. Je vais prochainement en rediscuter avec les organisations faîtières des journalistes sportifs pour voir dans quelle mesure on peut organiser des conférences de presse dans la sérénité et que ça soit utile pour les journalistes d’avoir des informations mais également que ça ne dégrade pas l’environnement autour de l’équipe nationale à l’approche des grandes échéances », ajoute-t-il.

 

Le technicien français compte réaliser des résultats positifs, lors de la prochaine double confrontation entre l’Égypte et le Togo, en novembre prochain, dans le cadre des éliminatoires pour la CAN 2022.

 

Vincent Noussoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page